Guide de l’écrivain apprenti dans les scénarios de film

Écrivain, oui ! Mais dans des scénarios de film ? Une réponse positive peut encore surgir d’un apprenti auteur, mais ce domaine possède tant de spécificités qu’il est prudent de ne pas se prononcer expert aussitôt. Avoir réalisé des comptes, des séries dramatiques, des histoires d’amour sans fin et toutes les manières, vous justifiez surement d’une plume impressionnante. Cependant, vous ne devez jamais oublier que vous êtes face à un scénario, des scripts qui seront apposés directement dans un long ou cours métrage. Pour ne pas vous décourager dans vos nouveaux projets de création littéraire, il est important de noter que le scénario d’un film est un art à part. Et comme toute discipline qui se respecte, il possède ses propres spécificités. Par conséquent, même si votre parcours est unique, il est essentiel de vous interpeller sur les quelques fautes que commettent les auteurs convertis récemment dans le 7ème art. Une petite anecdote pour vous prouve rapidement que le scénariste est un personnage de droit : les livres sont souvent sujets à des projections cinématographiques, avec toutes les spécificités d’un film, mais il est encore mentionné le nom d’un scénariste au début et dans les cast à la fin.

Première erreur : écrire et ne penser qu’à l’aspect littéraire

Écrire c’est bien, mais dans les scénarios de film, cela n’est pas toujours suffisant puisqu’il est de mise de toujours pensé à l’idée qui se cache derrière l’histoire. Ce piège amène en effet l’auteur présumé à ne pas planifier les éléments de base. Ces derniers se retrouvent habituellement dans la thèse qui sera le message à faire passer. C’est à partir de celle-ci qu’il pourra ensuite définir le type du film en question, court ou long métrage, un clip, un film documentaire ou un documentaire pur et même un reportage. Ce n’est qu’à partir de la fixation de ce choix que le scénariste peut évoquer le genre, fiction, comédie, thriller et autres. Trop souvent, dès qu’on parle de cinéma, les auteurs débutants commencent par cette dernière étape. L’orientation artistique qui s’en suivra se portera forcément sur l’imagination des personnages, principales et secondaires, le décor et autres éléments accessoires. Bien des scénaristes arrivent à raisonner de la sorte, mais en tant qu’apprenti, vous aurez des difficultés pour n’avoir au final qu’une histoire sans valeur, début et imbrication logique.

Deuxième erreur : brûler des étapes

On apprend à marcher avant de courir, disait le vieux dicton. Cette règle de vie s’applique aussi dans la conception d’un scénario qui, à vouloir précipiter les choses, l’auteur sera vite à bout d’imagination dans le corps de son texte et surtout dans le fil de son histoire. Cette erreur est le plus souvent identifiée lorsque l’auteur débutant veut à tout prix appliquer sa propre structure narrative. Cette dernière consiste à s’inspirer des scénarios existants et en apporter quelques modifications et remaniements seulement. Cette méthode de création amène pourtant vers le piègeune finalité peu qualitative : « une histoire qui ne tient pas la route ! ». Vous offensez en effet la ligne directive principale de conception qu’est l’exposition, le développement et le dénouement. L’agencement des autres facteurs comme l’élément déclencheur, le nœud dramatique ou encore le climax peut en même temps être omis. Suivre cette théorie pour apprendre, bien que des experts arrivent à atteindre le succès, mais pas de la même manière dans la création d’un scénario.